Violences policières: racisme et traitements médiatiques différenciés. Justice pour tous!

Mis en avant

Dans un premier temps, je tiens à dire mon soutien aux gilets jaunes et à dénoncer la répression de l’État et l’ensemble des violences policières dont les gilets jaunes ont été victimes et dont on connaît très bien aujourd’hui l’étendue des victimes. Je dénonce bien évidemment la répression sans limite du gouvernement et ses méthodes ( LBD, GLI F4, fichage, chars, armée, réduction du droit de manifester etc…). Cependant, la crise actuelle nous permet de mettre en lumière des dynamiques et surtout des rapports de domination et de violences raciaux évidents encore une fois dans notre société.

Ce qui saute aux yeux d’emblée est bien évidemment la différence de traitement médiatique et dans la société en général, réseaux sociaux, groupes sociaux etc, de deux victimes graves de violences policières relativement du même âge. La première victime, Zineb Redouane, qui y a laissé sa vie, n’a malheureusement que bien peu ému et a été complètement passée sous silence par les médias et l’État qui continue d’affirmer qu’il n’y a eu aucun décès depuis le début du mouvement des gilets jaunes. La seconde victime, qui a subi un choc important à la tête, mais qui demeure en vie, Genevieve Legay, a, elle, fait réagir l’ensemble des médias, de la société et l’État bien que celui-ci cherche surtout à se couvrir. 

Zineb Redouane était une retraitée de 80 ans, elle est décédée le 2 décembre dernier à Marseille, atteinte à la tête par un tir de grenade lacrymogène à l’intérieur de son propre appartement. Elle décède quelques heures après avoir reçu ce tir à l’hôpital où elle vient d’être opérée en urgence. L’État nie toute responsabilité depuis dans la mort de Mme Redouane mettant la culpabilité sur l’âge de cette dernière et sur d’éventuels problèmes de santé qui, d’après eux; seraient à l’origine de sa mort et non la grenade lacrymogène qui lui a violemment heurté la tête et qui a causé son opération en urgence.

Genevieve Legay est, elle aussi, une retraitée, âgée de 73 ans. Le 23 mars dernier à Nice, elle se retrouve poussée par des policiers lors d’une charge de leur part et sa tête heurte violemment le sol. Les images d’elle reposant au sol dans une mare de sang ont fait le tour des réseaux sociaux, tout comme celles montrant des CRS pousser Mme Legay ou encore interdisant l’intervention des Street medics à son chevet. Cette dernière souffrira alors de fractures et de contusions crâniennes importantes et demeurera en soins intensifs une dizaine de jours. Bien que là aussi, l’État est d’abord nié toute responsabilité reposant aussi la culpabilité sur l' »âge avancé » de Mme Legay et affirmant que celle-ci était tombée seule, les nombreux témoignages dont ceux de 2 policiers et les vidéos montreront vite la culpabilité de la police dans la chute de Geneviêve Legay.

Nous avons alors ici, deux histoires avec des éléments communs, deux femmes âgées victimes de violences policières avec l’État niant toute responsabilité et cherchant par tous les moyens à couvrir ses arrières. Cependant, deux grands points diffèrent dans ces deux histoires. Premièrement, l’une a perdu la vie. Deuxièmement, l’une a ému l’ensemble de la société et a été très médiatisée (Mme Legay) et l’autre non. Le silence médiatique vis-à-vis de l’histoire la plus dramatique, la plus tragique des deux, n’est alors que choquant et révoltant. Les médias pourtant très friands habituellement de ce genre d’histoire, une victime passive, n’ayant rien fait ni rien demandé à personne, atteinte dans son intimité, dans son propre appartement, une personne vulnérable, âgée, qui trouve la mort dans des circonstances tout à fait injuste, ne se sont pourtant pas du tout saisi de cette histoire. Alors pourquoi?

Forcé de constater que la différence principale entre Geneviêve Legay et Zineb Redouane est leur origine ethnique, l’une est arabe et l’autre est blanche et leur classe sociale, Zineb Redouane résidait à Noailles, quartier populaire de Marseille alors que Genieve Legay était à Nice. Une histoire telle que celle de Zineb Redouane aurait scandalisé absolument tout le monde si elle était arrivée à une personne âgée blanche dans un quartier moins populaire. Que des personnes complètement extérieures au mouvement puissent trouver la mort alors qu’elles étaient paisiblement chez elle aurait révolté l’opinion publique et les médias. Mais malheureusement Mme Redouane était arabe et résidait à Noailles. Et les victimes des violences policières à partir du moment où elles sont non-blanches et si en plus elles viennent de banlieues, personne ne s’en émeut ou du moins peu et les médias n’y consacre même pas 30 secondes dans les journaux télévisés. S’est-on également ému pour Lilian, 15 ans, défiguré par un tir de LBD à Strasbourg alors qu’il sortait d’un magasin où il faisait du shopping avec ses copains, de la mort d’Adam et Fatih à Grenoble, d’Ange, d’Adam dont la famille se bat toujours pour que justice soit rendue et de tous les autres…

Le mouvement des Gilets jaunes aura permis beaucoup de choses, le renouveau d’une révolte, de nouvelles revendications, la politisation de nouvelles personnes, la formation de nouveaux collectifs, le mélange de nouvelles populations etc mais aussi et surtout une certaine mise en lumière des violences policières. Alors que jusqu’alors, semble-t-il seule une petite partie de la société était au fait des violences policières, des abus et méthodes douteuses de la police, de la vulnérabilité qui nous atteint lorsque l’on se retrouve en leurs mains, de leur tout pouvoir, des fausses accusations, des passages à tabac, des méthodes d’interrogatoires interdites, des non-respects des procédures, des conditions de garde à vue, de l’usage disproportionné de leurs armes, etc., aujourd’hui une part plus large de la société est davantage consciente de tout cela. Dans un premier temps, parce qu’à l’heure actuelle un plus grand nombre de personnes ont été directement confrontées à ces situations ou en ont été des témoins directs, mais aussi parce que tous ces comportements ont été filmés et très largement relayés sur les réseaux sociaux donnant ainsi accès à tout à chacun aux images et aux preuves de ces agissements.

Cependant, tous ces agissements ne sont pas spécifiques aux gilets jaunes, la police agit ainsi au quotidien dans les banlieues et avec les personnes racisées. Ce qui est d’ailleurs notamment fortement ressorti des violences policières dans le cadre des gilets jaunes est qu’une bonne part de celles-ci sont commises par la BAC et il est important de rappeler que non seulement la BAC se comporte de cette manière quotidiennement et non pas seulement, car elle ne « sait pas faire du maintien de l’ordre », mais qu’il s’agit aussi de la brigade policière qui intervient le plus dans les banlieues.

Et il est alors grand temps de placer toutes les victimes de violences policières sur le même rang, tout en reconnaissant le caractère spécifique de l’agression (racisme, questions de classe, de genre, politique etc..) mais sans hiérarchisation. Luttons pour toutes les victimes! Que justice soit rendue et que ces agissements cessent!

 

« Innocents, ils se sont comportés comme des coupables, en se disant que s’ils se faisaient prendre, c’est de toute façon ainsi qu’on les traiterait »

(Mauger, 2006; à propos de Zyed et Bouna)

 

Conseil de lecture: Fassin, Didier, La Force de l’ordre: Une anthropologie de la police des quartiers, Éditions du Seuil, Paris, 2011. (livre de recherche anthropologique de terrain sur la BAC)

 

Lettre de la fille de Zineb Redouane publiée sur révolution permanente: 

 

“Le 2 avril, nous serons à 4 mois du décès de Zineb Redouane, ma mère. Mais moi je suis restée au 2 décembre. Tous mes jours ont la même date. Le temps s’est arrêté pour moi à cette date. Ma mère est morte ce jour-là, et depuis c’est chaque jour que je meurs. Le silence me tue, l’ignorance de sa mort sur la scène médiatique et politique me tue, chaque déclaration irresponsable des responsables me tue et appuie très fort sur ma blessure, comme cette dernière déclaration que je viens de lire, du premier homme de France, ‘sous une forme de sagesse’ : “Quand on est fragile, qu’on peut se faire bousculer, on ne se rend pas dans des lieux qui sont définis comme interdits et on se met pas dans des situations comme celle ci  » !!!..

J’aurais aimé que ça soit vrai moi-même. J’aurais conseillé à toutes les personnes âgées de rester chez elles, car leurs vies sont chères, mais moi plus que personne, je sais que ce n’est pas une garantie et je peux le confirmer.

Car ma mère Zineb Redouane, 80 ans, était bien chez elle au 4ème étage et malgré cela, elle a été atteinte par un tir de lacrymogène qui lui a coûté la vie !

Alors ce n’est pas une sagesse de rester chez soi pour préserver sa vie… la vraie sagesse c’est d’interdire ces armes qui mettent la vie des autres en danger, la sagesse c’est de garantir la sécurité des gens au moins chez eux !

Il y a une question qui me traverse l’esprit : quelle est la sagesse que ma mère aurait dû appliquer pour ne pas mettre sa vie en danger, plus que d’avoir annulé une invitation à dîner par son amie ce soir-là, et de rester chez elle ?

Et puisque après chaque personne mutilée il y’a une morale d’après les responsables, alors j’aimerais bien savoir la leçon de morale qu’on doit tirer de l’histoire de Zineb Redouane ?

Enfin, une grande pensée à Geneviève Legay et je lui dis que même si vous étiez restée chez vous, vous n’étiez pas à l’abri. Zineb Redouane en est une preuve, vous avez tous mes respects et tout mon soutien.”

Lien vers l’article: https://www.revolutionpermanente.fr/La-vraie-sagesse-c-est-d-interdire-ces-armes-La-fille-de-Zineb-Redouane-repond-a-Macron?fbclid=IwAR1aE6pfRzqvBkH1FlzXI5m82EbvMm4KNvPoLHGT4DjweoU9JL8-b19YTrw

L’indépendance dans la musique: Entre dominations, luttes, réappropriations et révoltes

Mis en avant

Baile Funk dans la Favela de Arvore Seca dans la zone nord

Depuis quelques années, une ou deux surtout, le rap s’impose de plus en plus dans la scène musicale de Rio de Janeiro et particulièrement dans les quartiers populaires et les favelas. Cela n’avait pas été le cas jusqu’alors car les Favelas possèdaient leur propre genre musical: la Funk Corioca ou Funk tout simplement comme on l’appelle au Brésil.

La Funk s’est créée dans les années 1980 dans les favelas de Rio de Janeiro et a commencé à se développer de manière plus large dans les années 1990. Elle se développe pendant de nombreuses années uniquement dans le cadre des Favelas et de manière artisanale, principalement dans le cadre des Bailes Funks (street-party où on diffuse de la musique Funk) qui ont lieu chaque week-end dans les favelas. La Funk est longtemps décriée par les personnes extérieures aux favelas et sera même interdite à certaines périodes. Cependant, à partir des années 2000 et surtout à partir des années 2010, la musique Funk explose. Elle devient le genre musical le plus écouté dans tout le Brésil, les MCs de la Funk deviennent des supers stars, les labels et maisons de production signent tous les artistes et la Funk devient une super-production qui s’étend aujourd’hui mondialement. Les Mcs les plus populaires aujourd’hui font des centaines de milliers de vues en quelques semaines sur youtube et sont en tournée dans le monde entier. Et alors que la Funk sort des Favelas et se propage dans le reste du pays et du monde, un autre genre musical apparait alors dans les Favelas: le Rap.

La Funk a été créée dans les Favelas et pour les Favelas, c’est une musique marquée fortement par la culture des Favelas et qui comprend de nombreuses revendications sociales et raciales et qui se veut foncièrement provocatrice et subversive faisant l’apologie du sexe et de la violence. Suite à l’explosion de la Funk et à la labellisation des artistes de la Funk, plusieurs genres de la Funk disparaissent relativement et c’est la Funk « soft » qui domine alors avec des artistes de plus en plus extérieures aux Favelas et de plus en plus blancs quand la grande majorité des habitants des Favelas sont noirs. Ces transformations vont alors amenées les habitants des favelas à s’intéresser à d’autres genres musicaux et surtout à produire d’autres genres musicaux et de manière indépendante.

Le rap ne s’étant que très peu développé jusqu’alors à Rio de Janeiro (une scène rap importante existe depuis longtemps dans le nord-est du pays ainsi qu’à Sao Paulo mais pas à Rio de Janeiro, ville de naissance de la Funk), l’espace de création est gigantesque et totalement libre. De nouveaux artistes apparaissent alors et se développent sur de nouvelles scènes. La nouvelle scène Rap Carioca se développe alors dans des revendications raciales fortes et à travers des collectifs noirs et des évênements noirs et ce principalement dans la zone nord de Rio de Janeiro. Rio de Janeiro étant divisé en 4 zones: le centre historique de la ville (zone assez mixte où se mélange extrême pauvreté et zone aisée dans des espaces plutôt réduits), la zone ouest de la ville (zone principalement très aisée et très blanche qui comporte des favelas mais celles-ci sont sont très exencentrées), la zone sud (zone la plus célèbre et touristique de Rio: copacabana, ipanema etc. Zone majoritairement très riche et très blanche bien qu’elle comprenne de nombreuses favelas sur ses hauteurs) et enfin la zone nord (zone majoritairement pauvre et noire, elle ne comprend que des favelas et des quartiers très populaire et est excentrée du reste de la ville et mal desservie). C’est alors dans la zone nord que se développe majoritairement la nouvelle scène rap de Rio de Janeiro dans la volonté de faire de la musique pour les pauvres et pour les noirs. De nombreux évênements et street partys sont alors organisées et c’est dans ce contexte que se développe le Rap, en-dehors des labels et des zones officielles, en-dehors des salles de concerts et en-dehors des lieux touristiques. Et c’est cette musique et cet état d’esprit qui séduit de plus en plus au sein des Favelas à qui l’on a « volé » la Funk ou du moins à qui l’on essait de voler la Funk. Car la Funk continue tout de même d’exister au sein des Favelas et ce à travers des techniques de résistance.

En effet, bien que les Bailes Funk ai été interdits dans de nombreuses Favelas suite à la politique de pacification (invasion armée des favelas par l’Etat pour reprendre le pouvoir et lutter contre les gangs de narco-trafiquants. Une police spécialisée a été mise en place dans les favelas afin d’y faire régner l’ordre, bien que le succès de l’opération soit très fortement discutée (les gangs de narcotrafiquants sont toujours présents et les conflits armés deviennent quotidiens, tuant les civils), l’une des opération mise en place par cette police a été l’interdiction des Bailes Funk), la Funk continue de retentir chaque nuit dans les favelas à travers des moyens dérobés. Dans des endroits plus cachés, avec des rassemblements de moins de personnes, de manière plus clandestine ou de manière plus officielle à travers soit des voitures équipées d’enceintes, soit des bars ou des clubs diffusants leur musique dans la rue et rassemblant ainsi des centaines de personnes autour du bar ou de la voiture pour danser et faire la fête. Et la Funk diffusait dans ce cadre rassemble à la fois la Funk populaire en-dehors des favelas mais aussi de la Funk non-diffusée dans les médias qui continuent de se difuser officieusement dans les favelas.

Malgré l’emprise de l’Etat, des labels, des maisons de productions, des clubs etc sur la musique Funk, la musique Funk continue d’exister à travers de nouveaux canaux et de nouveaux outils et en même temps une nouvelle scène rap se développe en se positionnant contre les pouvoirs dominants et en refusant d’exister à travers eux et d’être utiliser par eux. Car c’est en effet bien souvent le problème. Aujourd’hui, au Brésil, malgré la très grande popularité de la musique Funk, les dominants de la société continues de se moquer et de mépriser ces artistes tout en utilisant leur musique à des fins commerciales et en s’enrichissant sur leurs dos. Et c’est bien souvent là la question qui se pose en matière de musique particulèrement quand celle-ci est considérée comme différente. On retrouve le même phénomène en France avec le Rap. Bien que le Rap soit aujourd’hui le genre musical le plus écouté et le plus rentable, les grands médias, les « spécialistes » musicaux etc continue d’ignorer cette musique et de la mépriser tout en l’utilisant quand cela les arrange et quitte à en utiliser les codes. Utiliser la musique d’un artsite à la mode comme jingle ou autre dans une émission télé oui mais inviter cet artiste et le recevoir dignement et respectueusement non.

Et l’on retrouve également un retour de l’indépendance dans le Rap actuellement même chez des rappeurs à grand public. La musique indépendante est souvent vu comme synonyme de « petit » artiste peu connu faisant leur musique dans leur coin mais des artistes nous ont bien prouvé le contraire avec des groupes comme PNL par exemple bien évidemment, groupe le plus populaire dans le rap depuis plusieurs années maitenant, indépendants et n’étant jamais apparus dans aucun média. Fianso développe également de plus en plus cela avec son label Affranchis music, avec son émission Rentres dans le Cercle etc. Le Rap, en France également, veut de plus en plus reprendre le pouvoir sur sa musique et surtout maitriser son utilisation et sa diffusion. Le rap en France comme au Brésil cherche à s’affranchir des dominants qui les méprisent et en a aujourd’hui largement les moyens. En effet, le Rap aujourd’hui en France n’a plus besoin des « grands » de l’industrie musicale pour exister et c’est même plutôt maintenant l’industrie musicale qui a besoin du rap.  

Des danseurs de Passinho dans une favela de Rio de Janeiro (le Passinho est la danse officielle de la Funk, elle a été créée dans les Favelas de Rio)

Black Santa est un des plus grand évênements de musique noire organisé à Rio de Janeiro plusieurs fois par an dans différents quartiers popualires et favelas de la ville

Mépris social et racial: ce que les polémiques Macron révèlent

Mis en avant

J’avais envie de revenir sur les dernières polémiques qui ont suivies les propos de Macron lors de ses dernières sorties. Ce qui m’intéresse ici, ce sont bien évidemment les propos de Macron eux-mêmes mais aussi et surtout comment ceux-ci ont été commentés et ce qu’ils ont suscité. 

Je vais surtout m’attarder sur trois propos en particulier. Deux ayant eu lieu lors des journées du patrimoine et un ayant eu lieu lors de sa visite à Saint-Martin.

Dans un premier temps, nous avons l’échange entre Macron et un jeune chômeur à qui il conseille de « traverser la rue pour trouver un emploi ». Dans un second temps, nous avons l’échange entre Macron et un jeune souhaitant devenir énarque à qui il conseille de suivre ses rêves. Et plus récemment, nous avons l’échange entre un jeune de Saint-Martin (soit disant ancien braqueur) et Macron qui lui conseille « d’arrêter les bêtises ».

Ce qui ressort déjà et de manière très évidente, c’est que seulement deux de ces propos ont été sujets à polémiques alors que les trois et surtout mis ensemble sont intéressants. Pourquoi le jeune viticole devrait changer de voie et aller chercher l’emploi là où il est alors que le jeune énarque lui devrait suivre ses ambitions? A-t-on réellement besoin de davantage d’énarques alors que selon Macron la main-d’oeuvre manque dans certains secteurs? De même, pourquoi Macron ne conseille-t-il pas au futur énarque de mettre à profit son physique et d’aller aider à la reconstruction de Saint-Martin par exemple comme il le conseille au jeune avec lequel il s’entretient à Saint-Martin. Pourquoi lui, l’énarque en devenir,  a-t-il le droit de rêver, d’avoir des désirs et des envies  et surtout de les réaliser? Pourquoi les souhaits n’ont-ils pas la même valeur selon sa classe sociale? Pourquoi certains doivent-ils aller là où il y a besoin quand d’autres doivent suivre leurs rêves et réaliser leur « destinée »? Ce sont bien là les questions qui se posent face à ces trois échanges entre Macron et trois jeunes vraisemblablement relativement du même âge, mais pas du même milieu.

Cependant, une fois la question des propos eux-mêmes posée et de ce qu’ils révèlent, ce qui est intéressant c’est le traitement médiatiques qui a été fait de ces échanges. Tout d’abord, l’échange avec le futur énarque, lui, n’a pas ou peu été relayé et n’a suscité aucune réaction. Le fameux « il y a qu’à traverser la rue » a, lui, créé une forte polémique dans laquelle même les médias se sont indignés. Ses propos ont été tourné en dérision par la grande majorité des personnes et tout le monde relativement s’en est indigné et s’est rangé du côté du jeune chômeur qui a d’ailleurs été invité sur beaucoup de plateaux de télé et à qui on a même fait des propositions d’emplois. Quand au jeune saint-martinois, les propos et la discussion en elle-même ont été nettement moins relayé et ont fait sourire voir ému avec le calin entre Macron et la mère du jeune mais personne ne s’est réellement indigné de cet échange. Ce qui a par contre créé le buzz et la polémique c’est le selfie pris par un autre jeune présent avec Macron et l’autre jeune. Cette photo a, elle, été relayée par tout le monde et a fait  le jeu de nombreux montages et détournements. Bien qu’ironisant sur Macron, ces montages et tout ce qu’il s’est passé autour ont surtout révêlé encore une fois les stigmatisations raciales fortes qui sont présentes en France. Dans cette polémique, certes l’on se moque de Macron mais l’on se moque aussi et surtout de ces deux jeunes, de leur race et des clichés et stigmates qui y sont attachés. Nombreux des montages photos qui ont été réalisés mettaient en scène une action sexuelle relayant l’homme noir à son aspect particulierèment sexuel et sexualisé. Un article très intéressant sur le sujet à été mis en ligne aujourd’hui sur wyat-mag: http://www.wyat-mag.com/on-en-parle-ou-pas-de-lhyper-sexualisation-des-mecs-noirs/

Ce que révèlent alors ces trois situations une fois de plus, c’est la différence de traitement des individus en France selon sa classe sociale et selon sa race et le racisme encore très fort dont l’Etat fait preuve mais dont les médias font preuve et dont toute la société fait preuve. Lorsque dans une situation où des propos très discutables sont pronnoncés par le président de la République lorsque l’on vient d’un milieu aisé et favorisé on en parle même pas car cela est tellement naturel et normal, alors que quand le président s’adresse à une jeune chômeur blanc, la société s’insurge et se rassemble à ses côtés et quand le président s’adresse à un jeune noir des antilles la société rit et déchaine sans aucune gêne ses clichés, ses stigmates et son racisme ordinaire.

Il y a donc oui bien évidemment de quoi s’insurger des propos de Macron mais il y a aussi de quoi s’insurger de soi, de ce à quoi à l’on réagit et de comment l’on réagit, car cette situation ne fait que confirmer la hiérarchisation de la société française quand la haute société n’est jamais inquiétée et quand se sont toujours les mêmes qui sont moqués et humiliés.


					

Les violences policières: La réaffirmation d’un système inégalitaire violent

Image associée

Dans le cadre de ma thèse, j’ai été très vite confrontée à un élément important des cités comme des favelas: les violences policières. Bien qu’en y ayant déjà été confrontée et à plusieurs reprises dans le passé, j’ai bien dû me rendre compte qu’elles n’étaient pas dans les mêmes mesures.

Durant mon travail de recherche sur le terrain, j’ai été confrontée à des centaines d’histoires et de situations différentes. En tant que cible direct, témoin ou bien à travers les récits, les violences policières sont omniprésentes. Dans les Favelas de Rio de Janeiro, police est directement synonyme de mort et celle-ci plane toujours au-dessus de la Favela pouvant apparaître à n’importe quel moment. Elle est partie intégrante de la vie quotidienne. Courir, se cacher, s’allonger sur le sol et attendre aux premiers coups de feu, sont malheureusement des gestes intégrés, réalisés, effectués avec habitude, automatisme et lassitude. Et se sont bien évidemment les civils, les habitants, qui souffrent de cette situation sous couvert d’une chasse aux trafiquants. Il y a quelques mois de cela, à Rocinha, l’assassinat d’un policier par les trafiquants donna lieu à la mort d’une quinzaine d’habitants en guise de réprésailles. Des habitants lambdas, rentrant d’une fête ou bien se rendant au travail. 1 vie contre 15….

Dans les cités françaises, ainsi que dans les centres-villes, les rapports entre la police et les habitants de certains quartiers ne sont pas mieux. Les coups de feu s’y font plus rares, mais les violences prennent d’autres formes. Il y a les violences directes, les coups, les tazers, les flashballs, les étranglements etc… et puis il y a les violences psychologiques: le harcèlement, l’humiliation, la soumission, les contrôles d’identité répêtés, le manque de respect, les insultes, le mépris quotidien. Et quelles sont les conséquences de ces comportements? Ces actions donnent lieu à des traumatismes et à ce qu’on appelle la mémoire incorporée: « avant même qu’on est le temps de réfléchir, le corps se souvient » (Fassin, 2011). C’est le corps, marqué par les expériences passées qui réagit en premier tel un réflexe, un instinct, dans un but d’évitement et de protection. « Cette mise en jeu du corps-incarnation et incorporation-échappe pour partie à la conscience. On la ressent plus qu’on ne l’analyse. Elle se traduit par des affects, et d’abord par cette peur que disent éprouver, à la vue des policiers, des personnes qui non seulement ont déjà eu affaire à eux, mais qui savent d’expérience qu’ils sont particulièrement exposés ». (Fassin, 2011) Et cela concerne toute personne ayant souffert de violences policières peu importe la forme que ces violences aient pu prendre mais également les personnes étant conscientes qu’elles sont de part leur identité, leur apparence, leur genre, leur religion, leur appartenance politique une cible plus importante des violences policières.

« Innocents, ils se sont comportés comme des coupables, en se disant que s’ils se faisaient prendre, c’est de toute façon ainsi qu’on les traiterait »

(Mauger, 2006; à propos de Zyed et Bouna)

Zyed et Bouna courraient-ils car ils avaient peur des conséquences judiciaires, de ce qui pourrait leur être reprochés ou bien de la police, elle-même, du danger qu’elle représente. Protégeaient-ils leur avenir, leur intégrité physique et moral, leur vie? Ou bien tout cela à la fois? Car s’il y a bien une chose dont il faut avoir conscience, c’est que les violences policières ne touchent pas les gens de la même manière. Dans les favelas, les victimes principales, et presque uniquement, des violences policières sont les jeunes hommes noirs. En France, se sont là aussi majoritairement les jeunes hommes noirs et arabes ou de manière plus général non-blancs.

« D’un côté, [l’interpellation] elle procède par « assujetissement » (on se soumet à une domination, en l’occurence des forces de l’ordre) mais, de l’autre, elle relève d’une « subjectivation » (on se construit à travers l’identification, ici sur la base de la position sociale à laquelle on est assigné) »

(Foucault, d’apèrs Fassin, 2011)

C’est ce que l’on appelle le sujet politique, celui qui définit le statut social, sa place dans la société, celle que la police appuie, affirme et réaffirme. Le sujet politique c’est « le produit de la relation dialectique d’assujetissement et de subjetivation par laquelle on se voit affirmer une place dans laquelle on peut se reconnaitre ou qu’on peut rejeter ». (Fassin, 2011). Les violences policières sont la manifestation directe d’un pouvoir et d’un système inégalitaire et violent. La police réaffirme les statuts sociaux et les différences entre ces derniers. Elle est la manifestation directe, des classes et des statuts sociaux, enfonçant un peu plus ceux qui déjà sont au plus bas et réaffirmant ainsi le pouvoir de la société sur ces derniers et leur impuissance face à elle.

 

Fassin, Didier, La Force de l’ordre: Une nathropologie de la police des quartiers, Editions du Seuil, Paris, 2011.

Mauger, Gérard, L’émeute de novembre 2005. Une révolte protopolitique, Editions du Croquant, Bellecombe-en-Bauges, 2006.

Foucault, Michel, « Le sujet et le pouvoir », in Dits et écrits, tome II, Gallimard, Paris, 2001, pp.1041-1062.

Une justice à combien de vitesses? Affaire Benalla, Adama Traoré, Booba vs Kaaris

 

Crédit image: Alexandre Camino, LA RÉALITÉ DE LA JUSTICE À DEUX VITESSES Les inégalités de justice: Leurs causes et conséquences

Depuis plusieurs semaines, nous suivons tous sous nos écrans une affaire assez étrange impliquant le gouvernement français actuel ainsi que plusieurs hauts responsables. Les affaires s’accumulent, révélant de jours en jours de nouveaux éléments graves impliquant Alexandre Benalla encore inconnu de tous il y a quelques semaines.

Le 21 juillet dernier avait lieu la marche pour la vérité pour Adama Traoré décédé il y a deux ans dans les locaux de la gendarmerie. Sa famille se bat toujours pour que justice soit faite malgré les attaques et menaces auxquelles ils sont soumis depuis deux années. Cette marche, tout comme toutes les actions menées par la famille d’Adama Traoré ont été passé sous silence dans les médias. Tout comme les incarcérations très discutées de cinq de ses frères (manque de preuves ou preuves et déclarations douteuses) et les mauvais traitements qu’ils subissent en prison. L’un d’entre eux, gravement malade, s’est ainsi vu refuser des soins médicaux par les gardiens (droit humain basique). Il faut également signaler l’archanement intense qui est fait principalement sur l’un des frères d’Adama Traoré, présent le jour de son arrestation et donc de sa mort, un des seuls témoins de l’arrestation et surtout de la suite des évênements.

Pendant ce temps, Alexandre Benalla est, lui, bel et bien en liberté et les investigations faites à son encontre paraissent quelques peu faibles et peu réglementaires. Il semble, en effet, que de toute évidence il était prévenu de la perquisition faite à son domilice puisque celui-ci a pu vider un coffre où semblerait-il il cachait des documents importants ainsi que des armes. Malgré les vidéos, nombreuses, ainsi que les documents incriminant Alexandre Benalla, celui-ci est toujours en liberté et semble être très bien traité par la justice, les autorités ainsi que les médias ayant même ainsi droit à son 20 heures afin de se défendre.

Face à cela, il y a quelques jours les rappeurs Booba et Kaaris réglaient leurs comptes dans l’aéroport d’Orly à la suite d’une rencontre fortuite. Tout en prenant en compte les perturbations et les dégâts engendrés, la réaction médiatique et juridique semble tout de même assez disproportionnée. 48 heures de garde à vue, comparution immédiate puis finalement emprisonnement d’un mois en attente de procès pour une bagarre impliquant uniquement des personnes volontaires à se battre semble tout de même assez disproportionné. Bien qu’impressionnante la scène n’a fait aucun blessé et seulement des dégradations mineures que les deux rappeurs peuvent très facilement réparer avec leurs ressources financières. Est-ce qu’une simple bagarre n’ayant entrainé aucun blessé mérite réellement de la prison ferme? Tous les médias semblent très clairement le penser et le cri haut et fort en profitant pour médire le rap encore une fois.

Alors la réelle question face à ces trois différentes histoires est tout simplement la suivante: la justice est-elle la même pour tous?

Et malheureusement tout nous amène ici à penser que non. Lorsqu’une personne puissante (polticien, policiers, chefs d’entreprise ou autres…) se retrouve sur le banc des accusés des privilèges évidents et très importants lui sont accordés et quiconque se retrouvant face à lui, même en tant que victime, aura beaucoup moins de chances. Où est le 20 heures d’Assa Traoré? Où est la présomption d’innocence lorsque l’on parle d’Aboubacar Fofana, pourtant victime d’un assasinat? Et si Booba et Kaaris n’étaient pas des rappeurs? S’ils n’étaient pas noirs et de banlieue, leur bagarre aurait-elle été traitée de la même manière?

 « Selon que vous soyez puissant ou misérable les jugements de la Cour vous rendront blanc ou noir »

Jean de la Fontaine

Crédit image: Alexandre Camino, LA RÉALITÉ DE LA JUSTICE À DEUX VITESSES Les inégalités de justice: Leurs causes et conséquences

Lien vers le dossier complet et les recherches d’Alexandre Camino: https://spark.adobe.com/page/AUEtP9rLXWppH/

1998-2018: De la France black-blanc-beur à la 6ème équipe d’Afrique, quand la France essaye de parler de race

 

La victoire de l’équipe de France à la coupe du monde de 1998 avait créé le mythe de la France black-blanc-beur. Le mythe d’une France unie dans sa diversité, mythe qui s’est effondré bien vite. Aujourd’hui, 20 ans après et avec une seconde victoire de l’équipe de France en coupe du monde où en est-on?

L’équipe de France de 2018 s’est vu qualifiée de 6ème équipe africaine de la compétition et ce de diverses manières, aussi bien positives que négatives, mais alors qu’en est-il? Les liens entre la France et de nombreux pays africains sont évidents et ce depuis des siècles. La France s’est construite notamment grâce à l’Afrique, grâce à ses populations, ses immigrations et ses ressources cela ne fait aucun doute. Tout comme la France s’est construite sur l’immigration de nombreuses populations du monde entier suite à des campagnes de colonisation, des expéditions, des invasions et bien évidemment l’esclavage. Et cette histoire se retrouve alors dans les visages de la population française actuelle. Alors pourquoi le fait que l’équipe de France de football soit composée de plusieurs joueurs noirs est autant au coeur des débats?

Ce qui ressort de tout cela, bien avant la célébration euphorique de la diversité dûe à la victoire, c’est avant tout l’exclusion. Le premier point sur lequel nous pourrions revenir est sur la supposée « prédominance » des joueurs noirs dans l’équipe de France, prédominance assez relative puisque l’équipe comptait à peu près autant de noirs que de blancs cette année. Alors pourquoi cette « prédominance » (pas si réelle)? Un élément de réponse parait alors évident: le football est un sport populaire, qui se pratique majoritairement dans les milieux populaires et malheureusement en France à l’heure actuelle les personnes noires et arabes sont en moyennes plus pauvres que les personnes blanches et représentent donc une part plus importante de la population des milieux populaires. On remarquera que les sports pratiqués majoritairement dans les milieux aisés sont eux dominés par les blancs. Et si on suit cette logique, en terme de statistiques, la part de joueurs noirs et arabes dans l’équipe de France pourrait alors être plus grande.

Mais la question ici surtout est la suivante: Pourquoi est-ce cela étonne et dérange autant? En effet, la couleur de peau des joeurs de l’équipe de France est devenu un débat mondial avec des réactions très diverses et des propos racistes extrêmes. Et face à cela, et à la réalité de la domination raciale dans le monde, l’équipe de France est devenu l’équipe soutenu par une majorité de personnes noires dans le monde entier. Elle est devenu « every black person second team » (la seconde équipe de toute personne noire). On a vu naitre des haschtags et de nombreuses déclarations de soutien envers l’équipe dans le monde entier. Au Brésil, la France était supportée majoritairement dans les milieux populaires. Les Favelas de Rio de Janeiro ont célébré la victoire de la France, une équipe à la couleur de peau plus représentative.

Et alors que la planète s’est divisée entre les supporters de la Croatie (avec des propos racistes très agressifs pour une partie) et les supporters de la France, la France a, elle, choisie une position tout comme en 1998 assez hypocrite. Alors que la France célèbre officiellement la victoire de l’équipe et qu’Emmanuel Macron fait des storys instagram en dabant avec Pogba dans les vestiaires; dans le reste du pays des procédures étranges sont mises en places. En effet, à Paris par exemple quelques heures avant le début du match les transports en commun entre la banlieue et Paris intra-muros ont été coupés. Pour « des mesures de sécurité », on a refusé l’accès à Paris aux banlieusards. De multiples violences policières ont également été recensées dans toute la France et particulièrement dans certains quartiers. A Lyon, le quartier de la Guillotière (quartier populaire connu pour sa diversité) s’est vu envahir par les CRS, gazé et chargé. Les raisons seraient le pillage d’un magasin à Bellecour (un autre quartier de la ville).

Alors pendant que le gouvernement fait la fête avec une équipe de France dont la majorité des joueurs sont issus de quartiers populaires, il déploie sa police sur ces mêmes quartiers ou se contente de les parquer. La France pays de mixité ou d’exclusion?

« Arabe ou noir, ils aimeraient tous nous foutent dehors
Par contre, ils sont fiers de nous quand on porte une médaille d’or
Ça se sent, ils aiment les étrangers quand ils peuvent en tirer profit
Un étranger devient français quand il marque deux buts pour c’pays
J’ai les yeux bien ouverts, on me fera pas voir ce qui n’est pas
Liberté, égalité, fraternité n’existent pas »

Sniper, La France (2001)

Périphéries, quartiers populaires, quartiers sensibles, de quoi parle-t-on et de qui parle-t-on?

Dans le cadre de ma thèse sur les favelas et les banlieues françaises, l’une des premières interrogations qui m’est venu est: pourquoi ces quartiers sont-ils définis par une variabilité de termes très importante et que définissent ces termes?

Que se soit au Brésil comme en France, ces quartiers connaissent des dénominations très variées autant de manière institutionnelle que dans le language courant. En effet, en France, on parle par exemple de banlieue, cités, quartiers populaires, quartiers défavorisés, quartiers prioritaires, quartiers sensibles, quartiers difficiles etc… Au Brésil, également, les Favelas sont aussi appelées: communidade (communauté), morro (colline, à Rio de Janeiro, une grande partie des favelas se situent sur les collines de la ville) periferia (périphérie), bairro suburbano (quartier surburbain), aglomérado subnormal (agglomérat subnormal), zona especial de interesse social (zone spéciale d’intêt social) etc…

Pourquoi trouve-t-on une telle variété de terme pour parler de ces quartiers? On ne trouve effectivement pas cette même diversité lorsque l’on parle des autres quartiers d’une ville. Lorsque l’on parle des quartiers où résident majoritairement des classes moyennes ou plus aisées on va alors parler de quartiers résidentiels, de quartiers calme ou agréable, de quartiers branchés, de quartiers animés, de quartiers familiales, de quartiers pour sortir etc… Dans ces cas là, les quartiers sont alors définis par leur ambiance ou par les activités ou commerces qu’ils rassemblent et ces termes sont majoritairement positifs.

Dans le cas des Favelas et des Banlieues, les quartiers sont bien évidemment définis par leur aspect physique et architectural mais aussi par la population habitant ces quartiers. On ne définit pas uniquement le quartier mais également les personnes qui y habitent et ce en terme majoritairement négatifs et péjoratifs. Lorsque l’on parle de quartiers sensibles, de quartiers difficiles, de quoi parle-t-on? Parle-t-on des conditions de vie dans ces quartiers ou bien des personnes qui y résident?

C’est un discours toujours ambivalent qui définis les favelas et les banlieues. Les termes « quartiers difficiles » ou bien « subnormal », définissent, effectivement, d’une part les conditions de vie dans ces quartiers mais ils définissent aussi le niveau social, la classe sociale de la population résidant dans ces quartiers. Ces quartiers sont, en effet, généralement définis comme des quartiers pauvres avec des facteurs sociaux spécifiques tels que: des taux de chômage, de précarité, d’échec scolaire, de délinquance, de violence élevés. Et face à cette définition, on retrouve la question de départ, ces termes que définissent-ils. Définissent-ils un espace territorial et une situation sociale spécifique ou bien une catégorie sociale et alors une population?

La multiplication des termes péjoratifs utilisés et ce qu’ils comprennent participe alors à la construction sociale et culturelle des « Banlieues » et des « Favelas » et des mythes qui se créent alors autour de ces termes: Le mythe du banlieusard et le mythe du favelado.