1998-2018: De la France black-blanc-beur à la 6ème équipe d’Afrique, quand la France essaye de parler de race

 

La victoire de l’équipe de France à la coupe du monde de 1998 avait créé le mythe de la France black-blanc-beur. Le mythe d’une France unie dans sa diversité, mythe qui s’est effondré bien vite. Aujourd’hui, 20 ans après et avec une seconde victoire de l’équipe de France en coupe du monde où en est-on?

L’équipe de France de 2018 s’est vu qualifiée de 6ème équipe africaine de la compétition et ce de diverses manières, aussi bien positives que négatives, mais alors qu’en est-il? Les liens entre la France et de nombreux pays africains sont évidents et ce depuis des siècles. La France s’est construite notamment grâce à l’Afrique, grâce à ses populations, ses immigrations et ses ressources cela ne fait aucun doute. Tout comme la France s’est construite sur l’immigration de nombreuses populations du monde entier suite à des campagnes de colonisation, des expéditions, des invasions et bien évidemment l’esclavage. Et cette histoire se retrouve alors dans les visages de la population française actuelle. Alors pourquoi le fait que l’équipe de France de football soit composée de plusieurs joueurs noirs est autant au coeur des débats?

Ce qui ressort de tout cela, bien avant la célébration euphorique de la diversité dûe à la victoire, c’est avant tout l’exclusion. Le premier point sur lequel nous pourrions revenir est sur la supposée « prédominance » des joueurs noirs dans l’équipe de France, prédominance assez relative puisque l’équipe comptait à peu près autant de noirs que de blancs cette année. Alors pourquoi cette « prédominance » (pas si réelle)? Un élément de réponse parait alors évident: le football est un sport populaire, qui se pratique majoritairement dans les milieux populaires et malheureusement en France à l’heure actuelle les personnes noires et arabes sont en moyennes plus pauvres que les personnes blanches et représentent donc une part plus importante de la population des milieux populaires. On remarquera que les sports pratiqués majoritairement dans les milieux aisés sont eux dominés par les blancs. Et si on suit cette logique, en terme de statistiques, la part de joueurs noirs et arabes dans l’équipe de France pourrait alors être plus grande.

Mais la question ici surtout est la suivante: Pourquoi est-ce cela étonne et dérange autant? En effet, la couleur de peau des joeurs de l’équipe de France est devenu un débat mondial avec des réactions très diverses et des propos racistes extrêmes. Et face à cela, et à la réalité de la domination raciale dans le monde, l’équipe de France est devenu l’équipe soutenu par une majorité de personnes noires dans le monde entier. Elle est devenu « every black person second team » (la seconde équipe de toute personne noire). On a vu naitre des haschtags et de nombreuses déclarations de soutien envers l’équipe dans le monde entier. Au Brésil, la France était supportée majoritairement dans les milieux populaires. Les Favelas de Rio de Janeiro ont célébré la victoire de la France, une équipe à la couleur de peau plus représentative.

Et alors que la planète s’est divisée entre les supporters de la Croatie (avec des propos racistes très agressifs pour une partie) et les supporters de la France, la France a, elle, choisie une position tout comme en 1998 assez hypocrite. Alors que la France célèbre officiellement la victoire de l’équipe et qu’Emmanuel Macron fait des storys instagram en dabant avec Pogba dans les vestiaires; dans le reste du pays des procédures étranges sont mises en places. En effet, à Paris par exemple quelques heures avant le début du match les transports en commun entre la banlieue et Paris intra-muros ont été coupés. Pour « des mesures de sécurité », on a refusé l’accès à Paris aux banlieusards. De multiples violences policières ont également été recensées dans toute la France et particulièrement dans certains quartiers. A Lyon, le quartier de la Guillotière (quartier populaire connu pour sa diversité) s’est vu envahir par les CRS, gazé et chargé. Les raisons seraient le pillage d’un magasin à Bellecour (un autre quartier de la ville).

Alors pendant que le gouvernement fait la fête avec une équipe de France dont la majorité des joueurs sont issus de quartiers populaires, il déploie sa police sur ces mêmes quartiers ou se contente de les parquer. La France pays de mixité ou d’exclusion?

« Arabe ou noir, ils aimeraient tous nous foutent dehors
Par contre, ils sont fiers de nous quand on porte une médaille d’or
Ça se sent, ils aiment les étrangers quand ils peuvent en tirer profit
Un étranger devient français quand il marque deux buts pour c’pays
J’ai les yeux bien ouverts, on me fera pas voir ce qui n’est pas
Liberté, égalité, fraternité n’existent pas »

Sniper, La France (2001)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.