Les violences policières: La réaffirmation d’un système inégalitaire violent

Image associée

Dans le cadre de ma thèse, j’ai été très vite confrontée à un élément important des cités comme des favelas: les violences policières. Bien qu’en y ayant déjà été confrontée et à plusieurs reprises dans le passé, j’ai bien dû me rendre compte qu’elles n’étaient pas dans les mêmes mesures.

Durant mon travail de recherche sur le terrain, j’ai été confrontée à des centaines d’histoires et de situations différentes. En tant que cible direct, témoin ou bien à travers les récits, les violences policières sont omniprésentes. Dans les Favelas de Rio de Janeiro, police est directement synonyme de mort et celle-ci plane toujours au-dessus de la Favela pouvant apparaître à n’importe quel moment. Elle est partie intégrante de la vie quotidienne. Courir, se cacher, s’allonger sur le sol et attendre aux premiers coups de feu, sont malheureusement des gestes intégrés, réalisés, effectués avec habitude, automatisme et lassitude. Et se sont bien évidemment les civils, les habitants, qui souffrent de cette situation sous couvert d’une chasse aux trafiquants. Il y a quelques mois de cela, à Rocinha, l’assassinat d’un policier par les trafiquants donna lieu à la mort d’une quinzaine d’habitants en guise de réprésailles. Des habitants lambdas, rentrant d’une fête ou bien se rendant au travail. 1 vie contre 15….

Dans les cités françaises, ainsi que dans les centres-villes, les rapports entre la police et les habitants de certains quartiers ne sont pas mieux. Les coups de feu s’y font plus rares, mais les violences prennent d’autres formes. Il y a les violences directes, les coups, les tazers, les flashballs, les étranglements etc… et puis il y a les violences psychologiques: le harcèlement, l’humiliation, la soumission, les contrôles d’identité répêtés, le manque de respect, les insultes, le mépris quotidien. Et quelles sont les conséquences de ces comportements? Ces actions donnent lieu à des traumatismes et à ce qu’on appelle la mémoire incorporée: « avant même qu’on est le temps de réfléchir, le corps se souvient » (Fassin, 2011). C’est le corps, marqué par les expériences passées qui réagit en premier tel un réflexe, un instinct, dans un but d’évitement et de protection. « Cette mise en jeu du corps-incarnation et incorporation-échappe pour partie à la conscience. On la ressent plus qu’on ne l’analyse. Elle se traduit par des affects, et d’abord par cette peur que disent éprouver, à la vue des policiers, des personnes qui non seulement ont déjà eu affaire à eux, mais qui savent d’expérience qu’ils sont particulièrement exposés ». (Fassin, 2011) Et cela concerne toute personne ayant souffert de violences policières peu importe la forme que ces violences aient pu prendre mais également les personnes étant conscientes qu’elles sont de part leur identité, leur apparence, leur genre, leur religion, leur appartenance politique une cible plus importante des violences policières.

« Innocents, ils se sont comportés comme des coupables, en se disant que s’ils se faisaient prendre, c’est de toute façon ainsi qu’on les traiterait »

(Mauger, 2006; à propos de Zyed et Bouna)

Zyed et Bouna courraient-ils car ils avaient peur des conséquences judiciaires, de ce qui pourrait leur être reprochés ou bien de la police, elle-même, du danger qu’elle représente. Protégeaient-ils leur avenir, leur intégrité physique et moral, leur vie? Ou bien tout cela à la fois? Car s’il y a bien une chose dont il faut avoir conscience, c’est que les violences policières ne touchent pas les gens de la même manière. Dans les favelas, les victimes principales, et presque uniquement, des violences policières sont les jeunes hommes noirs. En France, se sont là aussi majoritairement les jeunes hommes noirs et arabes ou de manière plus général non-blancs.

« D’un côté, [l’interpellation] elle procède par « assujetissement » (on se soumet à une domination, en l’occurence des forces de l’ordre) mais, de l’autre, elle relève d’une « subjectivation » (on se construit à travers l’identification, ici sur la base de la position sociale à laquelle on est assigné) »

(Foucault, d’apèrs Fassin, 2011)

C’est ce que l’on appelle le sujet politique, celui qui définit le statut social, sa place dans la société, celle que la police appuie, affirme et réaffirme. Le sujet politique c’est « le produit de la relation dialectique d’assujetissement et de subjetivation par laquelle on se voit affirmer une place dans laquelle on peut se reconnaitre ou qu’on peut rejeter ». (Fassin, 2011). Les violences policières sont la manifestation directe d’un pouvoir et d’un système inégalitaire et violent. La police réaffirme les statuts sociaux et les différences entre ces derniers. Elle est la manifestation directe, des classes et des statuts sociaux, enfonçant un peu plus ceux qui déjà sont au plus bas et réaffirmant ainsi le pouvoir de la société sur ces derniers et leur impuissance face à elle.

 

Fassin, Didier, La Force de l’ordre: Une nathropologie de la police des quartiers, Editions du Seuil, Paris, 2011.

Mauger, Gérard, L’émeute de novembre 2005. Une révolte protopolitique, Editions du Croquant, Bellecombe-en-Bauges, 2006.

Foucault, Michel, « Le sujet et le pouvoir », in Dits et écrits, tome II, Gallimard, Paris, 2001, pp.1041-1062.


2 réflexions sur « Les violences policières: La réaffirmation d’un système inégalitaire violent »

  1. Bien construit. Descriptif puis devenant de plus en plus profond dans l’analyse structurée par les références et citations « scientifiques » tout en restant accessible à la lecture je trouve et dans l’axe de tes recherches, la discrimination sociale et raciale… Continue !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.