Périphéries, quartiers populaires, quartiers sensibles, de quoi parle-t-on et de qui parle-t-on?

Dans le cadre de ma thèse sur les favelas et les banlieues françaises, l’une des premières interrogations qui m’est venu est: pourquoi ces quartiers sont-ils définis par une variabilité de termes très importante et que définissent ces termes?

Que se soit au Brésil comme en France, ces quartiers connaissent des dénominations très variées autant de manière institutionnelle que dans le language courant. En effet, en France, on parle par exemple de banlieue, cités, quartiers populaires, quartiers défavorisés, quartiers prioritaires, quartiers sensibles, quartiers difficiles etc… Au Brésil, également, les Favelas sont aussi appelées: communidade (communauté), morro (colline, à Rio de Janeiro, une grande partie des favelas se situent sur les collines de la ville) periferia (périphérie), bairro suburbano (quartier surburbain), aglomérado subnormal (agglomérat subnormal), zona especial de interesse social (zone spéciale d’intêt social) etc…

Pourquoi trouve-t-on une telle variété de terme pour parler de ces quartiers? On ne trouve effectivement pas cette même diversité lorsque l’on parle des autres quartiers d’une ville. Lorsque l’on parle des quartiers où résident majoritairement des classes moyennes ou plus aisées on va alors parler de quartiers résidentiels, de quartiers calme ou agréable, de quartiers branchés, de quartiers animés, de quartiers familiales, de quartiers pour sortir etc… Dans ces cas là, les quartiers sont alors définis par leur ambiance ou par les activités ou commerces qu’ils rassemblent et ces termes sont majoritairement positifs.

Dans le cas des Favelas et des Banlieues, les quartiers sont bien évidemment définis par leur aspect physique et architectural mais aussi par la population habitant ces quartiers. On ne définit pas uniquement le quartier mais également les personnes qui y habitent et ce en terme majoritairement négatifs et péjoratifs. Lorsque l’on parle de quartiers sensibles, de quartiers difficiles, de quoi parle-t-on? Parle-t-on des conditions de vie dans ces quartiers ou bien des personnes qui y résident?

C’est un discours toujours ambivalent qui définis les favelas et les banlieues. Les termes « quartiers difficiles » ou bien « subnormal », définissent, effectivement, d’une part les conditions de vie dans ces quartiers mais ils définissent aussi le niveau social, la classe sociale de la population résidant dans ces quartiers. Ces quartiers sont, en effet, généralement définis comme des quartiers pauvres avec des facteurs sociaux spécifiques tels que: des taux de chômage, de précarité, d’échec scolaire, de délinquance, de violence élevés. Et face à cette définition, on retrouve la question de départ, ces termes que définissent-ils. Définissent-ils un espace territorial et une situation sociale spécifique ou bien une catégorie sociale et alors une population?

La multiplication des termes péjoratifs utilisés et ce qu’ils comprennent participe alors à la construction sociale et culturelle des « Banlieues » et des « Favelas » et des mythes qui se créent alors autour de ces termes: Le mythe du banlieusard et le mythe du favelado.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.