Mépris social et racial: ce que les polémiques Macron révèlent

J’avais envie de revenir sur les dernières polémiques qui ont suivies les propos de Macron lors de ses dernières sorties. Ce qui m’intéresse ici, ce sont bien évidemment les propos de Macron eux-mêmes mais aussi et surtout comment ceux-ci ont été commentés et ce qu’ils ont suscité. 

Je vais surtout m’attarder sur trois propos en particulier. Deux ayant eu lieu lors des journées du patrimoine et un ayant eu lieu lors de sa visite à Saint-Martin.

Dans un premier temps, nous avons l’échange entre Macron et un jeune chômeur à qui il conseille de « traverser la rue pour trouver un emploi ». Dans un second temps, nous avons l’échange entre Macron et un jeune souhaitant devenir énarque à qui il conseille de suivre ses rêves. Et plus récemment, nous avons l’échange entre un jeune de Saint-Martin (soit disant ancien braqueur) et Macron qui lui conseille « d’arrêter les bêtises ».

Ce qui ressort déjà et de manière très évidente, c’est que seulement deux de ces propos ont été sujets à polémiques alors que les trois et surtout mis ensemble sont intéressants. Pourquoi le jeune viticole devrait changer de voie et aller chercher l’emploi là où il est alors que le jeune énarque lui devrait suivre ses ambitions? A-t-on réellement besoin de davantage d’énarques alors que selon Macron la main-d’oeuvre manque dans certains secteurs? De même, pourquoi Macron ne conseille-t-il pas au futur énarque de mettre à profit son physique et d’aller aider à la reconstruction de Saint-Martin par exemple comme il le conseille au jeune avec lequel il s’entretient à Saint-Martin. Pourquoi lui, l’énarque en devenir,  a-t-il le droit de rêver, d’avoir des désirs et des envies  et surtout de les réaliser? Pourquoi les souhaits n’ont-ils pas la même valeur selon sa classe sociale? Pourquoi certains doivent-ils aller là où il y a besoin quand d’autres doivent suivre leurs rêves et réaliser leur « destinée »? Ce sont bien là les questions qui se posent face à ces trois échanges entre Macron et trois jeunes vraisemblablement relativement du même âge, mais pas du même milieu.

Cependant, une fois la question des propos eux-mêmes posée et de ce qu’ils révèlent, ce qui est intéressant c’est le traitement médiatiques qui a été fait de ces échanges. Tout d’abord, l’échange avec le futur énarque, lui, n’a pas ou peu été relayé et n’a suscité aucune réaction. Le fameux « il y a qu’à traverser la rue » a, lui, créé une forte polémique dans laquelle même les médias se sont indignés. Ses propos ont été tourné en dérision par la grande majorité des personnes et tout le monde relativement s’en est indigné et s’est rangé du côté du jeune chômeur qui a d’ailleurs été invité sur beaucoup de plateaux de télé et à qui on a même fait des propositions d’emplois. Quand au jeune saint-martinois, les propos et la discussion en elle-même ont été nettement moins relayé et ont fait sourire voir ému avec le calin entre Macron et la mère du jeune mais personne ne s’est réellement indigné de cet échange. Ce qui a par contre créé le buzz et la polémique c’est le selfie pris par un autre jeune présent avec Macron et l’autre jeune. Cette photo a, elle, été relayée par tout le monde et a fait  le jeu de nombreux montages et détournements. Bien qu’ironisant sur Macron, ces montages et tout ce qu’il s’est passé autour ont surtout révêlé encore une fois les stigmatisations raciales fortes qui sont présentes en France. Dans cette polémique, certes l’on se moque de Macron mais l’on se moque aussi et surtout de ces deux jeunes, de leur race et des clichés et stigmates qui y sont attachés. Nombreux des montages photos qui ont été réalisés mettaient en scène une action sexuelle relayant l’homme noir à son aspect particulierèment sexuel et sexualisé. Un article très intéressant sur le sujet à été mis en ligne aujourd’hui sur wyat-mag: http://www.wyat-mag.com/on-en-parle-ou-pas-de-lhyper-sexualisation-des-mecs-noirs/

Ce que révèlent alors ces trois situations une fois de plus, c’est la différence de traitement des individus en France selon sa classe sociale et selon sa race et le racisme encore très fort dont l’Etat fait preuve mais dont les médias font preuve et dont toute la société fait preuve. Lorsque dans une situation où des propos très discutables sont pronnoncés par le président de la République lorsque l’on vient d’un milieu aisé et favorisé on en parle même pas car cela est tellement naturel et normal, alors que quand le président s’adresse à une jeune chômeur blanc, la société s’insurge et se rassemble à ses côtés et quand le président s’adresse à un jeune noir des antilles la société rit et déchaine sans aucune gêne ses clichés, ses stigmates et son racisme ordinaire.

Il y a donc oui bien évidemment de quoi s’insurger des propos de Macron mais il y a aussi de quoi s’insurger de soi, de ce à quoi à l’on réagit et de comment l’on réagit, car cette situation ne fait que confirmer la hiérarchisation de la société française quand la haute société n’est jamais inquiétée et quand se sont toujours les mêmes qui sont moqués et humiliés.



		

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.