L’indépendance dans la musique: Entre dominations, luttes, réappropriations et révoltes

Baile Funk dans la Favela de Arvore Seca dans la zone nord

Depuis quelques années, une ou deux surtout, le rap s’impose de plus en plus dans la scène musicale de Rio de Janeiro et particulièrement dans les quartiers populaires et les favelas. Cela n’avait pas été le cas jusqu’alors car les Favelas possèdaient leur propre genre musical: la Funk Corioca ou Funk tout simplement comme on l’appelle au Brésil.

La Funk s’est créée dans les années 1980 dans les favelas de Rio de Janeiro et a commencé à se développer de manière plus large dans les années 1990. Elle se développe pendant de nombreuses années uniquement dans le cadre des Favelas et de manière artisanale, principalement dans le cadre des Bailes Funks (street-party où on diffuse de la musique Funk) qui ont lieu chaque week-end dans les favelas. La Funk est longtemps décriée par les personnes extérieures aux favelas et sera même interdite à certaines périodes. Cependant, à partir des années 2000 et surtout à partir des années 2010, la musique Funk explose. Elle devient le genre musical le plus écouté dans tout le Brésil, les MCs de la Funk deviennent des supers stars, les labels et maisons de production signent tous les artistes et la Funk devient une super-production qui s’étend aujourd’hui mondialement. Les Mcs les plus populaires aujourd’hui font des centaines de milliers de vues en quelques semaines sur youtube et sont en tournée dans le monde entier. Et alors que la Funk sort des Favelas et se propage dans le reste du pays et du monde, un autre genre musical apparait alors dans les Favelas: le Rap.

La Funk a été créée dans les Favelas et pour les Favelas, c’est une musique marquée fortement par la culture des Favelas et qui comprend de nombreuses revendications sociales et raciales et qui se veut foncièrement provocatrice et subversive faisant l’apologie du sexe et de la violence. Suite à l’explosion de la Funk et à la labellisation des artistes de la Funk, plusieurs genres de la Funk disparaissent relativement et c’est la Funk « soft » qui domine alors avec des artistes de plus en plus extérieures aux Favelas et de plus en plus blancs quand la grande majorité des habitants des Favelas sont noirs. Ces transformations vont alors amenées les habitants des favelas à s’intéresser à d’autres genres musicaux et surtout à produire d’autres genres musicaux et de manière indépendante.

Le rap ne s’étant que très peu développé jusqu’alors à Rio de Janeiro (une scène rap importante existe depuis longtemps dans le nord-est du pays ainsi qu’à Sao Paulo mais pas à Rio de Janeiro, ville de naissance de la Funk), l’espace de création est gigantesque et totalement libre. De nouveaux artistes apparaissent alors et se développent sur de nouvelles scènes. La nouvelle scène Rap Carioca se développe alors dans des revendications raciales fortes et à travers des collectifs noirs et des évênements noirs et ce principalement dans la zone nord de Rio de Janeiro. Rio de Janeiro étant divisé en 4 zones: le centre historique de la ville (zone assez mixte où se mélange extrême pauvreté et zone aisée dans des espaces plutôt réduits), la zone ouest de la ville (zone principalement très aisée et très blanche qui comporte des favelas mais celles-ci sont sont très exencentrées), la zone sud (zone la plus célèbre et touristique de Rio: copacabana, ipanema etc. Zone majoritairement très riche et très blanche bien qu’elle comprenne de nombreuses favelas sur ses hauteurs) et enfin la zone nord (zone majoritairement pauvre et noire, elle ne comprend que des favelas et des quartiers très populaire et est excentrée du reste de la ville et mal desservie). C’est alors dans la zone nord que se développe majoritairement la nouvelle scène rap de Rio de Janeiro dans la volonté de faire de la musique pour les pauvres et pour les noirs. De nombreux évênements et street partys sont alors organisées et c’est dans ce contexte que se développe le Rap, en-dehors des labels et des zones officielles, en-dehors des salles de concerts et en-dehors des lieux touristiques. Et c’est cette musique et cet état d’esprit qui séduit de plus en plus au sein des Favelas à qui l’on a « volé » la Funk ou du moins à qui l’on essait de voler la Funk. Car la Funk continue tout de même d’exister au sein des Favelas et ce à travers des techniques de résistance.

En effet, bien que les Bailes Funk ai été interdits dans de nombreuses Favelas suite à la politique de pacification (invasion armée des favelas par l’Etat pour reprendre le pouvoir et lutter contre les gangs de narco-trafiquants. Une police spécialisée a été mise en place dans les favelas afin d’y faire régner l’ordre, bien que le succès de l’opération soit très fortement discutée (les gangs de narcotrafiquants sont toujours présents et les conflits armés deviennent quotidiens, tuant les civils), l’une des opération mise en place par cette police a été l’interdiction des Bailes Funk), la Funk continue de retentir chaque nuit dans les favelas à travers des moyens dérobés. Dans des endroits plus cachés, avec des rassemblements de moins de personnes, de manière plus clandestine ou de manière plus officielle à travers soit des voitures équipées d’enceintes, soit des bars ou des clubs diffusants leur musique dans la rue et rassemblant ainsi des centaines de personnes autour du bar ou de la voiture pour danser et faire la fête. Et la Funk diffusait dans ce cadre rassemble à la fois la Funk populaire en-dehors des favelas mais aussi de la Funk non-diffusée dans les médias qui continuent de se difuser officieusement dans les favelas.

Malgré l’emprise de l’Etat, des labels, des maisons de productions, des clubs etc sur la musique Funk, la musique Funk continue d’exister à travers de nouveaux canaux et de nouveaux outils et en même temps une nouvelle scène rap se développe en se positionnant contre les pouvoirs dominants et en refusant d’exister à travers eux et d’être utiliser par eux. Car c’est en effet bien souvent le problème. Aujourd’hui, au Brésil, malgré la très grande popularité de la musique Funk, les dominants de la société continues de se moquer et de mépriser ces artistes tout en utilisant leur musique à des fins commerciales et en s’enrichissant sur leurs dos. Et c’est bien souvent là la question qui se pose en matière de musique particulèrement quand celle-ci est considérée comme différente. On retrouve le même phénomène en France avec le Rap. Bien que le Rap soit aujourd’hui le genre musical le plus écouté et le plus rentable, les grands médias, les « spécialistes » musicaux etc continue d’ignorer cette musique et de la mépriser tout en l’utilisant quand cela les arrange et quitte à en utiliser les codes. Utiliser la musique d’un artsite à la mode comme jingle ou autre dans une émission télé oui mais inviter cet artiste et le recevoir dignement et respectueusement non.

Et l’on retrouve également un retour de l’indépendance dans le Rap actuellement même chez des rappeurs à grand public. La musique indépendante est souvent vu comme synonyme de « petit » artiste peu connu faisant leur musique dans leur coin mais des artistes nous ont bien prouvé le contraire avec des groupes comme PNL par exemple bien évidemment, groupe le plus populaire dans le rap depuis plusieurs années maitenant, indépendants et n’étant jamais apparus dans aucun média. Fianso développe également de plus en plus cela avec son label Affranchis music, avec son émission Rentres dans le Cercle etc. Le Rap, en France également, veut de plus en plus reprendre le pouvoir sur sa musique et surtout maitriser son utilisation et sa diffusion. Le rap en France comme au Brésil cherche à s’affranchir des dominants qui les méprisent et en a aujourd’hui largement les moyens. En effet, le Rap aujourd’hui en France n’a plus besoin des « grands » de l’industrie musicale pour exister et c’est même plutôt maintenant l’industrie musicale qui a besoin du rap.  

Des danseurs de Passinho dans une favela de Rio de Janeiro (le Passinho est la danse officielle de la Funk, elle a été créée dans les Favelas de Rio)

Black Santa est un des plus grand évênements de musique noire organisé à Rio de Janeiro plusieurs fois par an dans différents quartiers popualires et favelas de la ville

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.