Violences policières: racisme et traitements médiatiques différenciés. Justice pour tous!

Dans un premier temps, je tiens à dire mon soutien aux gilets jaunes et à dénoncer la répression de l’État et l’ensemble des violences policières dont les gilets jaunes ont été victimes et dont on connaît très bien aujourd’hui l’étendue des victimes. Je dénonce bien évidemment la répression sans limite du gouvernement et ses méthodes ( LBD, GLI F4, fichage, chars, armée, réduction du droit de manifester etc…). Cependant, la crise actuelle nous permet de mettre en lumière des dynamiques et surtout des rapports de domination et de violences raciaux évidents encore une fois dans notre société.

Ce qui saute aux yeux d’emblée est bien évidemment la différence de traitement médiatique et dans la société en général, réseaux sociaux, groupes sociaux etc, de deux victimes graves de violences policières relativement du même âge. La première victime, Zineb Redouane, qui y a laissé sa vie, n’a malheureusement que bien peu ému et a été complètement passée sous silence par les médias et l’État qui continue d’affirmer qu’il n’y a eu aucun décès depuis le début du mouvement des gilets jaunes. La seconde victime, qui a subi un choc important à la tête, mais qui demeure en vie, Genevieve Legay, a, elle, fait réagir l’ensemble des médias, de la société et l’État bien que celui-ci cherche surtout à se couvrir. 

Zineb Redouane était une retraitée de 80 ans, elle est décédée le 2 décembre dernier à Marseille, atteinte à la tête par un tir de grenade lacrymogène à l’intérieur de son propre appartement. Elle décède quelques heures après avoir reçu ce tir à l’hôpital où elle vient d’être opérée en urgence. L’État nie toute responsabilité depuis dans la mort de Mme Redouane mettant la culpabilité sur l’âge de cette dernière et sur d’éventuels problèmes de santé qui, d’après eux; seraient à l’origine de sa mort et non la grenade lacrymogène qui lui a violemment heurté la tête et qui a causé son opération en urgence.

Genevieve Legay est, elle aussi, une retraitée, âgée de 73 ans. Le 23 mars dernier à Nice, elle se retrouve poussée par des policiers lors d’une charge de leur part et sa tête heurte violemment le sol. Les images d’elle reposant au sol dans une mare de sang ont fait le tour des réseaux sociaux, tout comme celles montrant des CRS pousser Mme Legay ou encore interdisant l’intervention des Street medics à son chevet. Cette dernière souffrira alors de fractures et de contusions crâniennes importantes et demeurera en soins intensifs une dizaine de jours. Bien que là aussi, l’État est d’abord nié toute responsabilité reposant aussi la culpabilité sur l' »âge avancé » de Mme Legay et affirmant que celle-ci était tombée seule, les nombreux témoignages dont ceux de 2 policiers et les vidéos montreront vite la culpabilité de la police dans la chute de Geneviêve Legay.

Nous avons alors ici, deux histoires avec des éléments communs, deux femmes âgées victimes de violences policières avec l’État niant toute responsabilité et cherchant par tous les moyens à couvrir ses arrières. Cependant, deux grands points diffèrent dans ces deux histoires. Premièrement, l’une a perdu la vie. Deuxièmement, l’une a ému l’ensemble de la société et a été très médiatisée (Mme Legay) et l’autre non. Le silence médiatique vis-à-vis de l’histoire la plus dramatique, la plus tragique des deux, n’est alors que choquant et révoltant. Les médias pourtant très friands habituellement de ce genre d’histoire, une victime passive, n’ayant rien fait ni rien demandé à personne, atteinte dans son intimité, dans son propre appartement, une personne vulnérable, âgée, qui trouve la mort dans des circonstances tout à fait injuste, ne se sont pourtant pas du tout saisi de cette histoire. Alors pourquoi?

Forcé de constater que la différence principale entre Geneviêve Legay et Zineb Redouane est leur origine ethnique, l’une est arabe et l’autre est blanche et leur classe sociale, Zineb Redouane résidait à Noailles, quartier populaire de Marseille alors que Genieve Legay était à Nice. Une histoire telle que celle de Zineb Redouane aurait scandalisé absolument tout le monde si elle était arrivée à une personne âgée blanche dans un quartier moins populaire. Que des personnes complètement extérieures au mouvement puissent trouver la mort alors qu’elles étaient paisiblement chez elle aurait révolté l’opinion publique et les médias. Mais malheureusement Mme Redouane était arabe et résidait à Noailles. Et les victimes des violences policières à partir du moment où elles sont non-blanches et si en plus elles viennent de banlieues, personne ne s’en émeut ou du moins peu et les médias n’y consacre même pas 30 secondes dans les journaux télévisés. S’est-on également ému pour Lilian, 15 ans, défiguré par un tir de LBD à Strasbourg alors qu’il sortait d’un magasin où il faisait du shopping avec ses copains, de la mort d’Adam et Fatih à Grenoble, d’Ange, d’Adam dont la famille se bat toujours pour que justice soit rendue et de tous les autres…

Le mouvement des Gilets jaunes aura permis beaucoup de choses, le renouveau d’une révolte, de nouvelles revendications, la politisation de nouvelles personnes, la formation de nouveaux collectifs, le mélange de nouvelles populations etc mais aussi et surtout une certaine mise en lumière des violences policières. Alors que jusqu’alors, semble-t-il seule une petite partie de la société était au fait des violences policières, des abus et méthodes douteuses de la police, de la vulnérabilité qui nous atteint lorsque l’on se retrouve en leurs mains, de leur tout pouvoir, des fausses accusations, des passages à tabac, des méthodes d’interrogatoires interdites, des non-respects des procédures, des conditions de garde à vue, de l’usage disproportionné de leurs armes, etc., aujourd’hui une part plus large de la société est davantage consciente de tout cela. Dans un premier temps, parce qu’à l’heure actuelle un plus grand nombre de personnes ont été directement confrontées à ces situations ou en ont été des témoins directs, mais aussi parce que tous ces comportements ont été filmés et très largement relayés sur les réseaux sociaux donnant ainsi accès à tout à chacun aux images et aux preuves de ces agissements.

Cependant, tous ces agissements ne sont pas spécifiques aux gilets jaunes, la police agit ainsi au quotidien dans les banlieues et avec les personnes racisées. Ce qui est d’ailleurs notamment fortement ressorti des violences policières dans le cadre des gilets jaunes est qu’une bonne part de celles-ci sont commises par la BAC et il est important de rappeler que non seulement la BAC se comporte de cette manière quotidiennement et non pas seulement, car elle ne « sait pas faire du maintien de l’ordre », mais qu’il s’agit aussi de la brigade policière qui intervient le plus dans les banlieues.

Et il est alors grand temps de placer toutes les victimes de violences policières sur le même rang, tout en reconnaissant le caractère spécifique de l’agression (racisme, questions de classe, de genre, politique etc..) mais sans hiérarchisation. Luttons pour toutes les victimes! Que justice soit rendue et que ces agissements cessent!

 

« Innocents, ils se sont comportés comme des coupables, en se disant que s’ils se faisaient prendre, c’est de toute façon ainsi qu’on les traiterait »

(Mauger, 2006; à propos de Zyed et Bouna)

 

Conseil de lecture: Fassin, Didier, La Force de l’ordre: Une anthropologie de la police des quartiers, Éditions du Seuil, Paris, 2011. (livre de recherche anthropologique de terrain sur la BAC)

 

Lettre de la fille de Zineb Redouane publiée sur révolution permanente: 

 

“Le 2 avril, nous serons à 4 mois du décès de Zineb Redouane, ma mère. Mais moi je suis restée au 2 décembre. Tous mes jours ont la même date. Le temps s’est arrêté pour moi à cette date. Ma mère est morte ce jour-là, et depuis c’est chaque jour que je meurs. Le silence me tue, l’ignorance de sa mort sur la scène médiatique et politique me tue, chaque déclaration irresponsable des responsables me tue et appuie très fort sur ma blessure, comme cette dernière déclaration que je viens de lire, du premier homme de France, ‘sous une forme de sagesse’ : “Quand on est fragile, qu’on peut se faire bousculer, on ne se rend pas dans des lieux qui sont définis comme interdits et on se met pas dans des situations comme celle ci  » !!!..

J’aurais aimé que ça soit vrai moi-même. J’aurais conseillé à toutes les personnes âgées de rester chez elles, car leurs vies sont chères, mais moi plus que personne, je sais que ce n’est pas une garantie et je peux le confirmer.

Car ma mère Zineb Redouane, 80 ans, était bien chez elle au 4ème étage et malgré cela, elle a été atteinte par un tir de lacrymogène qui lui a coûté la vie !

Alors ce n’est pas une sagesse de rester chez soi pour préserver sa vie… la vraie sagesse c’est d’interdire ces armes qui mettent la vie des autres en danger, la sagesse c’est de garantir la sécurité des gens au moins chez eux !

Il y a une question qui me traverse l’esprit : quelle est la sagesse que ma mère aurait dû appliquer pour ne pas mettre sa vie en danger, plus que d’avoir annulé une invitation à dîner par son amie ce soir-là, et de rester chez elle ?

Et puisque après chaque personne mutilée il y’a une morale d’après les responsables, alors j’aimerais bien savoir la leçon de morale qu’on doit tirer de l’histoire de Zineb Redouane ?

Enfin, une grande pensée à Geneviève Legay et je lui dis que même si vous étiez restée chez vous, vous n’étiez pas à l’abri. Zineb Redouane en est une preuve, vous avez tous mes respects et tout mon soutien.”

Lien vers l’article: https://www.revolutionpermanente.fr/La-vraie-sagesse-c-est-d-interdire-ces-armes-La-fille-de-Zineb-Redouane-repond-a-Macron?fbclid=IwAR1aE6pfRzqvBkH1FlzXI5m82EbvMm4KNvPoLHGT4DjweoU9JL8-b19YTrw


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.